Dans les années 1930, la production de masse automobile fait de l’ombre à la vente de motocyclettes. De plus, les difficultés économiques des Etats Unis n’arrangent en rien les firmes tels que Harley Davidson et Indian. En 1927, cette dernière va sortir un modèle 750cm3 qui va connaître un fort succès. Harley Davidson réagit et sort alors en juillet 1928 un modèle 750cm3 appelé D. Les 10 années suivantes, le modèle subit régulièrement des modifications et améliorations plus ou moins importantes. Le modèle change de nom à plusieurs reprises et finit par être désigné WL en 1938. L’année suivante, la seconde guerre mondiale éclate et la WL est essayé à Fort Knox, puis elle est adoptée par l’armée américaine sous la désignation WLA (A = Army).

La WLA va subir tout au long de sa carrière au sein de l’armée américaine, sans toutefois changé de désignation. Les Canadiens ont aussi fabriqué des Harley Davidson qui prendront le nom de WLC (C = Canadian). Les WLC se démarque principalement par un filtre à air rond, un tan sad, une béquille avec des barres de fer latérales et des bouchons de réservoirs dépourvus de chaînettes. D’autres modifications sur la WLA eurent lieu par la suite et toutes ne se répercutèrent pas sur la version canadienne. Les russes bénéficièrent également de la Harley Davidson qu’ils perçurent sous le nom de WSR.

La Harley Davidson avait un profil bas avec une hauteur n’excédant pas les 1.05m. Sa longueur atteignait les 2.23m et sa largeur était inférieur à un mètre. Elle était entraînée par un moteur Harley Davidson de deux cylindres en V (parallèle à la route) de 750cm3 développant une puissance de 23ch. Elle pouvait atteindre sans trop de difficulté les 100km/h. Avec un réservoir de 12,5l et sa faible consommation de 6l/100km, la Harley Davidson bénéficiait d’une autonomie de 190km.

La Harley Davidson fut principalement utilisée pour des missions de reconnaissance et de communication. Elle équipa également, en grand nombre, la Police Militaire américaine. Elle fut plutôt appréciée des soldats qui aimaient sa puissante cylindrée mais qui regrettait l’incompatibilité avec les missions en tout terrain que ne permettait pas sa garde au sol de seulement de 10cm… Cependant, les motos américaines furent moins utilisées que son homologue allemande, la BMW R75. En effet, si la moto avait été la reine durant la première guerre mondiale, la jeep la remplaçait petit à petit lors de ce second conflit mondial.

Après la guerre, la Harley Davidson revient sur le marché civil où elle fut distribuée jusqu’en 1951. Sa production militaire atteint les 90 000 exemplaires dont 20 000 pour la version canadienne. Harley Davidson avait crée une de ses plus célèbres motos.

Une WLA lors d’un meeting

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *