Le M5 est un dérivé du char léger M3A3 sans que la lignée s’arrête pour autant à cette version. D’abord appelé light tank M4, il est désigné M5 Stuart pour éviter toute confusion avec le M4 Sherman. Il apparaît en avril 1942 et se distingue du M3A3 par la mise en place de deux moteurs General Motors remplacent le moteur d’avion Continental. La disposition du blindage est optimisée et la sécurisation de l’habitacle est améliorée grâce à l’ajout de trappe de secours et de périscopes.

Le M5 ne connaît qu’une seule évolution au cours du conflit avec l’arrivée du M5A1. La tourelle est agrandie avec l’ajout d’une nuque à l’arrière qui permet de loger une radio et de stabiliser l’engin. Suivant les besoins du théâtre d’opération, des modifications mineures pouvaient lui être apporté comme l’ajout d’un coupe haie pour le bocage normand ou l’amélioration de l’étanchéité du bloc moteur qui lui permettait d’évoluer dans un mètre d’eau.

Sa longueur (sans canon) de 4.84m et sa largeur de 2.29m en font un blindé de petite taille. Cependant, sa hauteur de 2.57m est assez handicapante. Le M5A1 pèse 15.5t en ordre de combat et il est entraîné par deux V8 essence Cadillac Série 42 développant 296ch. Ce bon rapport poids/puissance en fait le char le plus rapide du conflit, avant l’arrivée en 1944 du TD M18, avec une vitesse maximale de 58 km/h. L’équipage se compose de 4 hommes avec un pilote et son copilote, un tireur, un chef de char.

L’armement du M5A1 est léger et correspond à ce que l’on attend d’un engin de reconnaissance. Son armement principal est composé du canon M6 de 37mm doté de 147 obus. Il est complété par 3 mitrailleuses .30 M1919A4 pourvue de 2250 balles chacune. Le blindage est assez important avec une variation de 13mm à 44mm pour le maximum. Le M5 était un blindé très apprécié par son équipage grâce au (relatif) confort de l’habitacle « insonorisé », de sa bonne protection et des sièges ergonomiques disposant même de ceintures de sécurité.

Le M5 était engagé dans les régiments blindés à raison de 57 unités dans les DB lourdes et seulement 17 unités dans les DB légères. Malgré l’apparition de son successeur sur les théâtres d’opération, le M5A1 resta en première ligne jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. On retrouvait le M5A1 sous la dénomination Stuart VI dans les unités britanniques.

Apprécié par ses équipages, ce char pourtant rapidement obsolète remplit sa mission jusqu’à la fin du conflit. Il fut produit à 6810 exemplaires dont 2074 pour la version M5.

M5 à Carentan lors du 60ème anniversaire du débarquement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *