Avec l’arrivée sur le champ de bataille de chars allemands tels que le Panther ou le Tiger, il devenait urgent pour les américains de concevoir un tank lourd capable de rivaliser efficacement avec ses deux modèles.

Le projet du M6 ayant été abandonné, les américains voulurent se cantonner à la production des séries M3 et M4. Début 44, un projet ayant abouti du T20 fut entrepris : le T26. Il fut suivi d’une amélioration baptisée T26E1. Plus tard, la version définitive T26E3 fut envoyé en Europe pour des tests sur le terrain. Sous la désignation de M26 Pershing, une vingtaine d’exemplaire arriva en France en janvier 1945. Ils contribuèrent à la prise des ponts pour le franchissement du Rhin et furent déclarés aptes à la production.

Le M26 avait un profil assez bas avec une hauteur de 2.78m. Sa longueur de 8.65m et sa largeur de 3.51m le rendait tout de même volumineux. Son poids total n’excèdait pas les 42t. Il était entraîné par un moteur Ford GAF V8 développant 500cv soit une faible puissance spécifique de 12cv/t. Il n’arrivait pas par conséquent à excéder une vitesse supérieur à 40km/h sur route. Le M26 bénéficie d’une autonomie de 161km du fait de son incroyable consommation de 517 l au 100 et de son réservoir de 832 l. Le pershing était lourdement lourdement blindé et disposait d’un blindage maximum de 114mm et d’un blindage minimum de 19mm.

Ce char lourd disposait d’un armement offensif considérable dû entre autre au canon M3 de 90mm. Il était capable de percer le blindage n’importe quel tank du conflit. L’astuce de placer un canon anti-aérien fut une copie du systeme que les allemands adoptère pour le Tiger (en l’équipant le célèbre canon de 88mm). Le pershing comportait également deux mitrailleuses de .30 dont l’une montée en coaxial. Pour l’armement défensif, une mitrailleuse de .50 est placée sur la tourelle pour la protection anti-aérienne.

Avant la fin du conflit, il fut produit 1436 unités. Le M26 servit par la suite en Corée contre des T34/85 chinois. Il fut l’ancêtre d’une longue lignée de tanks jusqu’au M60 Patton.

M26 sur les routes allemandes au début 1945

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *